ODP - The Only Design Party For Free & Everything You Should Know About Design In Paris Weekly
Édito Rendez-vous
Si la nuit tombe de plus en plus tôt sur la ville, c’est pour mieux mettre en valeur les immanquables de la semaine.
La Lumière est en effet au cœur de ses événements :
Pleins feux sur la création au travers la célébration du demi siècle d’existence de l’Atelier de Recherche du Mobilier National dont la mission de promotion du style français dans le cadre du mécénat d’Etat perdure toujours à travers plus de 600 prototypes.
Le cocktail phare d’Artemide autour de ses nouvelles collections.
L’événement LUX à la Goutte d’Or, quartier à l’éclat particulier où l’hybridation jaillit de l’effleurement de la tradition et de la modernité ; la Goutte d’Or, autrefois rattachée à la commune de La Chapelle, qui tient son nom lumineux de la couleur du vin blanc aux reflets dorés réputé pour sa grande qualité et produit sur ces terres agricoles au 19e siècle, jusqu’à son annexion en 1859.
Et enfin par « Scintillance », la nouvelle scénographie des illuminations de fin d’année des Champs-Elysées, qui sera dévoilée jeudi soir à 18h en présence de la Maire et du Parrain, Omar Sy.
Cette semaine ça brille donc, et en matière d’étincelles, on connait des designers qui ne sont pas en reste…


Dans la série, Un Homme/Un chaton… M. Lehanneur

Parmi les « héros » de Living Circular de Veolia, lieu d’inspiration et d’échanges autour de l’économie circulaire et des nouveaux modèles de croissance, (ivingcircular.veolia.com) redécouvrez Mathieu Lehanneur sous l’éclairage de l’ampoule - symbole de ses idées…

« Mathieu Lehanneur, ou le design conscient »

« Nous vivons à une époque où il s’agit avant tout de produire des idées, des solutions, pas nécessairement de la matière. »

Le design implique l’objet, sa fabrication et sa multiplication, ce qui va, en toute logique, à l’encontre de l’économie circulaire et de l’écoresponsabilité. Selon vous, est-ce possible de résoudre cet antagonisme ?

C’est une vaste question ! Dans mon métier, c’est notre dilemme à chaque instant. En fait, chaque objet amené à être produit est en quelque sorte une forme d’échec, dans le sens où « on n’a pas réussi à faire autrement ».

Mais, même si historiquement, le métier de designer véhicule cette idée de produire du matériel, ce n’est pas toujours le cas. Pour ma part, je n’ai pas d’excitation particulière, de fascination face à la quantité de matière que je produis quotidiennement. Par rapport aux générations qui nous précèdent, on a et on doit avoir pour ambition de réduire notre septième continent, plutôt que de l’alimenter. Donc, nous avons pour mission de nous dire que chaque production doit être utile.

Cette question de l’utilité est donc au centre de chacune de vos conceptions ?

Bien sûr, j’y pense systématiquement ! Surtout que les acheteurs potentiels, qu’ils soient concernés ou juste vaguement informés, se posent eux aussi cette question-là. « Est-ce que le produit que je m’apprête à acquérir va m’être utile ? » D’ailleurs, ils se la posent aussi et de plus en plus pour des raisons écologiques, pas seulement économiques. En ce sens, nous vivons à une époque où il s’agit avant tout de produire des idées, des solutions, pas nécessairement de la matière.

Selon vous, quel(s) rôle(s) le design peut-il jouer dans un environnement où les ressources naturelles s’amoindrissent, où les impacts environnementaux de nos productions sont plus que jamais à réduire ?

Au départ, l’objet ne se définit pas que par la nécessité. Il se définit aussi par le désir qu’on en a – désir qui fait partie de la nécessité. Celle-ci n’est pas une notion froide, purement fonctionnelle, rugueuse. Produire une idée, un objet, un instrument, repose d’abord sur mon propre désir de le faire, puis sur l’envie ou le désir de mon commanditaire (une marque, un lieu…). Mais on doit garder en tête que ce n’est pas uniquement pour notre plaisir. C’est précisément cela qui est aujourd’hui à la fois complexe et palpitant : pour chaque objet produit, nous devons nous projeter dans le cerveau et dans les mains de son utilisateur potentiel, car lui est justement « conscient ». En ce sens, les objets, je ne les dessine pas seulement pour qu’ils soient beaux. Ils doivent aussi produire quelque chose d’intéressant, dans vos mains et dans votre cerveau. Cette idée renferme d’ailleurs beaucoup d’optimisme, car de nos jours, le consommateur est de plus en plus informé. Cela étant dit, l’évolution des consciences est plutôt lente…

Peut-être sommes-nous plus naturellement portés sur la « tradition » ?

Tout à fait. Je vais vous donner un exemple concret : prenons une grande marque d’électroménager, avec laquelle j’ai été amené à travailler. Les retours des consommateurs sur leurs cafetières filtre étaient plutôt décevants : l’objet étant léger, il leur semblait trop fragile, incapable de tenir dans la durée. Ils se dirigeaient donc naturellement vers des objets plus lourds, le poids étant pour eux synonyme de solidité, et ce, bien qu’une cafetière n’ait pas cette nécessité ! Au final, le fabricant en question a lesté ses cafetières filtre de particules de métal totalement inutiles, afin de rassurer le client. Face à une telle situation, en tant que designer, on a deux possibilités : laisser le fabricant gérer ces questions (la production de cette matière morte, mais aussi, par exemple, son transport en avion d’un bout à l’autre du monde), ou décider de remettre à jour le « logiciel culturel » des consommateurs. Cette mise à jour s’opère au cœur du triangle designer/marque/consommateur et se pense en termes d’objet, de fonction, de pédagogie. La forme est primordiale, car, à travers elle, on va pouvoir montrer aux gens que ces objets peuvent être légers et très fiables à la fois. Le design peut donc tenir un rôle pédagogique, sur le long terme.

Parlons de l’upcycling. D’après vous, c’est juste une mode ou une véritable voie pour le design ?

Le plus bel exemple en la matière ne date pas d’hier. C’est Picasso qui réutilise un guidon de vélo et une selle pour en faire la célèbre Tête de taureau. J’estime que depuis, on n’a pas fait mieux. Par la suite, des choses ont été réalisées sous l’étendard de « regardez comme nous sommes pleins de bonnes intentions », mais elles ont des airs un peu simplistes et produisent même parfois des résultats médiocres. D’après moi, là où il y a une carte à jouer, ce n’est pas dans la réutilisation démonstrative, mais plutôt à l’échelle moléculaire. Il y a des matériaux qui, après une deuxième, troisième ou quatrième vie, prennent des qualités esthétiques plus intéressantes qu’elles ne l’étaient au départ. Il se passe des choses importantes à l’échelle de la matière. Elle s’enrichit, se complexifie, se bonifie. Je reste plus sceptique sur la réutilisation immédiate, binaire.

Notre environnement tient une place centrale dans vos réalisations. Cela fait-il de vous un « écolo » ?

Non, c’est plus subtil que ça. Mon rapport à l’environnement est de cet ordre-là en soi, mais pas dans un mode démonstratif ou revendicatif. C’est une chose qui fait partie – de façon pas toujours visible ou communiquée d’ailleurs – du processus de conception d’un objet, mais sans faire de ce dernier un messager de l’éthique ou de la philosophie « écolo ». Ces questionnements sont intégrés comme de nouveaux paramètres, de nouvelles contraintes techniques et technologiques, pour donner à l’objet une « vie augmentée ». C’est-à-dire que je fais en sorte que sa vie ne soit plus circonscrite à l’instant de son utilisation, et que son enveloppe physique ne soit plus une limite. L’objet se nourrit de l’air qui l’entoure, et à son tour nourrit cet air.

Justement, dans le cadre de vos créations, vous faites appel aux propriétés naturelles de micro-organismes, à des principes tels que la symbiose entre les organismes, à des matériaux non transformés… Dans un monde qui semble se « futuriser » à vue d’œil, le retour au naturel serait-il la prochaine innovation ?

Disons qu’en tant qu’êtres, nous évoluons sur deux lignes distinctes. D’un côté, il y a notre environnement, fait de communication, de technologie, de progrès permanent, d’une tendance à l’immatérialité, etc. De l’autre, il y a nous, des êtres physiques, doués de perception, de sens. On ne saurait se passer du contact à l’échelle physiologique. Il s’agit de trouver un équilibre entre les deux. Bien sûr, les nouvelles technologies permettent beaucoup de choses aujourd’hui, mais notre corps, lui, n’a pas beaucoup évolué depuis des millions d’années. La température, la couleur, la granulosité d’une matière sont autant d’éléments qui nous sont indispensables… Si, en tant qu’humains, nous devions subir d’importantes mutations, à ce moment-là, nous pourrions reconsidérer notre rapport à notre environnement, la manière dont nous interagissons avec lui. Mais pour l’instant, on en est loin ! Donc, plus qu’une innovation, ce « retour au naturel » est tout simplement nécessaire à notre survie.

Dans quelle mesure les designers aujourd’hui peuvent-ils influer sur la façon de fabriquer leurs objets ? Ont-ils une marge de manœuvre sur la réduction des impacts environnementaux ?

Bien sûr ! Ils l’ont, tout simplement, car ils sont au cœur du processus de conception et de fabrication des objets qui nous entourent. Nous avons les manettes. Ensuite, nous sommes plusieurs sur ce bateau-là. Cette manœuvre doit s’exercer collectivement et avec le concours des fabricants qui nous sollicitent. Il s’agit, face à eux, d’user de pédagogie, d’arguments, d’une certaine force de conviction, pour faire en sorte, ensemble, d’améliorer en profondeur le processus de création des objets. On se doit de ne pas répondre bêtement, servilement à une demande telle qu’elle émane.

Mais les fabricants se laissent-ils convaincre facilement ?

Non, pragmatiquement, ce n’est pas simple. On doit faire preuve de stratégie, user de malice, penser le projet de bout en bout dans ses moindres détails (matériaux utilisés, moyens de production…), pour parvenir à leur faire accepter que oui, nos solutions leur coûteront peut-être plus cher, mais engendreront aussi de plus grands bénéfices.

Pour finir, quels sont vos projets ?

Nous venons d’inaugurer à Boston, un lieu à l’image du Laboratoire créé à Paris en 2008. Il s’agit d’une plateforme intellectuelle et créative, qui comprend plusieurs parties : un auditorium, une galerie d’art, un restaurant… L’emplacement est réellement stratégique, nous sommes à quelques encablures des plus grandes universités américaines (Boston, Harvard), au cœur d’un quartier d’investisseurs, abritant de nombreux processus d’innovations. Ces dernières sont de toutes sortes. Par exemple, dans le cadre du restaurant en question, un tas de paramètres sont reconsidérés, dans l’objectif, par exemple, de diminuer les contenants inutiles. D’autres initiatives de ce genre verront le jour, par des vecteurs comme les sciences et les arts, qui seront notamment axées sur l’environnement.

http://www.mathieulehanneur.fr/proj…

Allez, n’oubliez pas d’éteindre la lumière en sortant, bonne semaine !
Alors enjoy et surtout take care !
D.R.A.
contact@theodpletter.com
Breakfast @ PCI’s mardi 18 novembre - 08h30
Le showroom Procédés Chénel International sous son meilleur jour !
Sur inscription : http://www.chenel.com/fr/breakfast_…
PCI’s - 70 rue Jean Bleuzen - Vanves 92 (M° Pte de Vanves-Malakoff)
« À tables avec le Mobilier National » mardi 18 novembre
Pour célébrer les 50 ans de son Atelier de Recherche et de Création, créé par André Malraux, ministre des Affaires Culturelles, le Mobilier National présente une quarantaine de tables de Pierre Paulin, Christian Ghion, Noé Duchaufour Lawrance… dans l’exposition « À tables avec le Mobilier National »(18-11/18-01-15).
Le Mobilier National - 42 av. des Gobelins - Paris 13 (M° Les Gobelins)
« Innovation Vins & Spiritueux » mardi 18 novembre - 09h/17h30
Avery Dennison, fournisseur mondial de solutions d’étiquetage auto-adhésif, organise une journée « Innovation et packaging de Vins & Spiritueux » au cours de laquelle Jean Jacques Evrard, fondateur des Pentawards, fera un exposé sur les tendances packaging en Chine.
Cette journée événement couvrira les dernières tendances dans les Vins et Spiritueux, en matière d’innovations des étiquettes, du design des bouteilles, ou de l’impression digitale.
Des experts de l’industrie partageront leurs visions sur un large choix de sujets en se concentrant plus particulièrement sur l’innovation des marques et la différentiation.
Sur inscription : innovation-labels@pentawards.org
Marriott Hôtel / Charles de Gaulle Aéroport - Zône Hôtelière - allée du Verger - Roissy 95
Viollet-le-Duc, les visions d’un architecte mardi 18 novembre - 16h
Présentation presse de l’exposition « Viollet-le-Duc, les visions d’un architecte »(20-11/09-03-15).
À l’occasion du 200e anniversaire de la naissance d’Eugène Viollet-le-Duc (1814-1879), cette exposition rétrospective présente l’œuvre singulière de ce grand architecte, théoricien et restaurateur, fondateur du musée de Sculpture comparée dont le musée des Monuments français est l’héritier.
Visite commentée par Jean-Michel Leniaud et Christine Lancestremère, commissaires de l’exposition.
Cité de l’Architecture et du patrimoine - 1 pl. du Trocadéro - Paris 16 (M° Trocadéro)
« Revoir Paris » mardi 18 novembre - 17h
Présentation presse de l’exposition « Revoir Paris » (20-11/09-03-15).
Dans cette exposition François Schuiten et Benoît Peeters, auteurs des Cités Obscures, font dialoguer leurs vision futuriste de la Ville Lumière, avec une sélection de dessins d’architectes et de projets d’urbanisme conçus pour Paris depuis deux siècles. La métamorphose de Paris depuis les travaux d’Haussmann, est illustrée par des documents historiques originaux confrontés aux planches de leur dernier album Revoir Paris. Aux dessins et documents originaux s’ajoute un écran circulaire de grande dimension accueillant une projection 3D interactive, en partenariat avec l’Institut Passion for Innovation de Dassault Systèmes.
Visite commentée par François Schuiten et Benoît Peeters.
Accès libre à l’exposition Ars Architectonica, Caroline Challan Belval.
Confirmer sa présence : apinon@citechaillot.fr
Cité de l’architecture & du patrimoine - 1 pl. du Trocadéro - Paris 16 (M° Trocadéro)
Jacques Genin mardi 18 novembre - 18h30
Inauguration de la nouvelle boutique du chocolatier Jacques Genin.
Sur invitation.
Jacques Genin - 27 rue de Varenne - Paris 7 (M° Rue du Bac)
Salon DIY mercredi 19/dimanche 23 novembre
Créé pour toutes les passionnées du « Do It Yourself », Créations & Savoir-faire, est le salon n°1 des loisirs créatifs depuis 1996.
Couture, déco, cuisine créative, brico, scrapbooking, customisation, beauté, mode…
Pour les découvreurs de talents domestiques et de sensations fortes…
Paris Expo - pl. de la Pte de Versailes - Pte de Versailles - Paris 15 (M° Pte de Versailles)
Tissus Haut de Gamme mercredi 19 novembre - 10h/19h30
Grand destockage de tissus haut de gamme : rouleaux et coupons de soie, dentelle, coton, lainage, tissus techniques, cuir, maille, néoprène…
Galerie des Ateliers de Paris - 30 rue du Fbg St-Antoine - Paris 12 (M° Bastille)
Mondes Intérieurs mercredi 19 novembre - 18h/22h
Vernissage de l’exposition collective de 5 artistes « Mondes Intérieurs » (17/23-11) : Monica Zeitline, peintre de mondes parallèles où se mélangent ondes, champs morphiques, formes pensées ainsi que des personnages d’ordre symbolique ou mythologique - Julie Zeitline, illustratrice d’univers coloré, délicat et pleins de détails minutieux - Mehdi Djenat, illustrateur de formes organiques, végétales mais aussi géométriques - Elena Zeitline créatrice d’objets rituels et de tableaux à partir de techniques textiles, broderie, tissage… et Alexandre Jeanson sculpteur en cheveux et photographe.
Espace Beaurepaire - 28 rue Beaurepaire - Paris 10 (M° République)
Simone Perrotte mercredi 19 novembre - 18h
Vernissage de l’exposition des céramiques de Simone Perrotte (19-11/06-12).
Un must !
Galerie Quincampoix - 82 rue Quincampoix - Paris 3 (M° Rambuteau)
Flora mercredi 19 novembre - 18h30/21h
Les Hôtels Paris Rive Gauche et Photo d’Hôtel Photo d’Auteur invitent au vernissage de l’exposition de photographies « Flora - Carte Blanche Central Dupon » (17-11/11-01-15).
www.phpa.fr
La Belle Juliette - 92 rue du Cherche-Midi - Paris 6 (M° Vaneau/St-Placide)
« Carrément Bon ! » mercredi 19 novembre - 19h30
Il y a un an, Franck Dorat installait avec « Bobine Wood » son bestiaire poétique chez Artazart. Le voici de retour dans cette ode à la création culinaire, où les volumes sont toujours apprivoisés avec ses sculptures délicates en fil de fer.
C’est vraiment « Carrément Bon ! »(18-11/31-12). Vernissage.
Artazart - 83 quai de Valmy - Paris 10 (M° Jacques Bonsergent)
Room jeudi 20 novembre - 16h
In-Novation.fr organise Room, panorama des nouvelles approches du confort hôtelier, sur le Studio Contract d’Equip’Hôtel.
Avec Borella Art Studio, Decret Design, Galerie B, Le Lit National, Lelièvre et Porcelanosa.
Demande d’invitation : mailto:presse@in-novation.fr
Equip’Hotel/Paris Expo - pl. de la Pte de Versailles - Paris 15 (M° Pte de Versailles)
Azea jeudi 20 novembre - 10h/18h30
Présentation Presse de la 1re boutique-showroom multi-design Azea.
Découvrez dans cet espace intimiste, l’univers masculin de Victor Caetano, directeur artistique de la marque Azea, ainsi que d’autres marques design de mobilier, de luminaire et d’accessoires de décoration, comme Mobitec, Design House Stockholm, Ibride, Quintessence…
Sur invitation Presse.
Azae - 4 rue Montesquieu - Paris 1 (M° Palais Royal-Musée du Louvre)
Alchimie de matières jeudi 20 novembre - 18h/22h
Vernissage de l’exposition collective « Alchimie de matières » (21/24-11) avec Catherine Lévêque - porcelaines, Kossy Traoré - bronzes, Jean-Luc Mare - lumières, Gianni Basso - photos, Florence Fabre - pierres et Eric Dartois pour ses pièces de mobilier sculpturales en métal.
Atelier Florence Fabre - 14 av. de Bouvines - Paris 11 (M° Avron)
« Haut Dehors » jeudi 20 novembre - 18h30/21h
À l’occasion de la parution du Hors-série Archistorm consacré à leur agence Nicolas Laisné Associés, Nicolas Laisné et Dimitri Roussel présentent les éléments forts de leur démarche à travers l’installation paysagère « Haut Dehors ».
Vernissage de l’exposition et lancement du Hors-Série.
ArchiLibrairies - 49 bd de la Villette - Paris 10 (M° Colonel Fabien)
Atelier Rencontres : « Esthétique de la liberté » jeudi 20 novembre - 18h30/20h
Quels sont exactement les liens qui unissent liberté et beauté ? La question traverse la philosophie occidentale en suivant des détours parfois déconcertants. L’Atelier de rencontres invite le philosophe Philippe Nemo qui en a fait le sujet de son essai, « Esthétique de la liberté »aux éditions PUF.. De Platon à Proust, il s’agira d’apprécier la portée d’un problème essentiel.
Amphithéâtre Rodin/ÉnsAD - 31 rue d’Ulm - Paris 5 (M° Luxembourg)
Artemide jeudi 20 novembre - 19h
Découverte des nouvelles collections de luminaires Artemide 2014/2015.
Cocktail.
Présentation Presse en présence d’Ernesto Gismondi, Pdt Artemide Group - 09h30/15h.
Artemide - 52 av. Daumesnil - Paris 12 (M° Gare de Lyon)
La Bulle du Collectionneur jeudi 20 novembre - 19h/21h30
Pour les fêtes de fin d’année 2014, l’Hôtel du Collectionneur invite à une expérience féérique entre bulle de luxe, gourmandise et enchantement. Unique et insolite, La Bulle du Collectionneur reprend sa place au cœur du sublime Patio Andalou, et laisse lumière et étoiles illuminer sa décoration
Inauguration sur invitation.
Hôtel du Collectionneur - 51 rue de Courcelles - Paris 8 (M° Courcelles)
Tendance Floue jeudi 20 novembre - 19h30
Serge Bensimon et Artazart vous invite à voyager au cœur des villes du monde à travers les clichés de Tendance Floue, qui signe une nouvelle production de photographies pour le City Guide Louis Vuitton.
Vernissage.
Artazart - 83 quai de Valmy - Paris 10 (M° Jacques Bonsergent)
Gamay dire Gamay jeudi 20 novembre - 11h/02h
Les nouveaux Beaujolais Nouveaux !
Journée d’exception chez Lucien la Chance, parti directement à la source pour vous ramener les pépites du Beaujolais et vous faire changer définitivement d’avis sur le Beaujolais. L’occasion aussi de voir la sublime affiche de Regis R Prince of Plastic qui célèbre haut et fort les primeurs et les Beaujolais joyaux éternels enviés de par le monde ‬ !
Lucien La Chance - 8 rue des Dames - Paris 17 (M° La Fourche)
Hommage à Yves Saint-Laurent vendredi 21 novembre - 17h/18h30
Rencontre/ discussion puis signature en hommage à Yves St-Laurent, venez rencontrer Roxane Lowit qui signera son « YSL » (Thames & Hudson), recueil rassemblant des photographies intimes et très personnelles, regard aimant d’une amie sur la carrière du créateur et de l’artiste, ainsi que Jéromine Savignon pour son livre « Le studio d’Yves Saint-Laurent ». Pierre Bergé sera également présent pour un échange passionnant sur Yves Saint-Laurent tandis qu’Ariel de Ravenel et Natasha Fraser-Cavassoni rendront hommage au designer à travers leur livre « Loulou de la Falaise » (Rizzoli et Flammarion), muse et icône du grand couturier.
Colette - 213 rue St-Honoré - Paris 1 (M° Tuileries)
LUX à la Goutte d’Or vendredi 21 novembre - 18h
LUX à la Goutte d’Or : Lumière sur les savoir-faire textile, mode et design made in Goutte d’Or !
Du 20 au 23 novembre, la Goutte d’Or révèle ses talents dans un parcours surprise éclairant ce quartier de passions, si populaire et attachant, encore trop méconnu des parisiens, sur ses savoir-faire et compétences en matière de mode et de design.
19 membres de l’association Les Gouttes d’Or de la Mode et du Design invitent le grand public, (12h/19h), à la découverte de leurs boutiques et ateliers implantés dans ce quartier animé et métissé, terre d’accueil privilégiée à l’histoire ancienne ouvrière et industrielle, enrichie aujourd’hui de ces activités créatives dédiées à la mode, la décoration et le desig
Des influences en dialogue se croisent et se combinent dans les matières textiles (Mazalay Couture, Textile Nianghane – AG), les arts de la table (Diane Belmbock), l’esprit tailleur et le prêt-à-porter sur-mesure (BLL Made in Paris, Fadel Couture), le beau bijou fantaisie (Anaphore, Fanny Kachintzeff), la virtuosité des maîtres bottier (Atelier Maurice Arnoult) et l’esthétisme de la sapologie (Connivences).
Les objets fonctionnels design (¿Adóndé ?, Cocobohème et l’architecte d’intérieur Fabrice Daigremont), la maille fantaisie (Marcia de Carvalho et L’École de la Maille de Paris), le prêt-à-porter d’aujourd’hui (Sakina M’Sa), le travail du cuir haut de gamme (Dognin), l’interprétation ludique et contemporaine du patrimoine (Lilium) et les solutions textiles high-tech (Lily Latifi) sont une démonstration exemplair des grands questionnements de notre monde moderne comme l’éco-conception et le développement durable.
LUX à la Goutte d’Or propose, pendant le parcours, des événements “satellites” avec la lumière en fil conducteur.
Exposition Portraits d’enfance, 1898-1910 : tirages noir et blanc d’après des négatifs sur verre de Jules Antoine chez Cadre Exquis - 31 rue Doudeauville - Paris 18.
Jeudi 20 novembre - 20h : Dîner suivi d’une projection exceptionnelle à 22h de L’Homme au Complet Blanc d’Alexander Mackendrick, un incontournable du cinéma anglais. Le film sera projeté en libre accès dans la limite de 40 places, au restaurant-cinéma partenaire Les Bobines, après acquittement du dîner tapas gastronomiques (prix moyen indicatif de 20 à 40 €). Les Bobines - 84 rue René Boulanger - Paris 10. Réservation obligatoire au 01 40 18 48 52.
Vendredi 21 novembre - 14h : Visite guidée gratuite (2 heures) et unique d’un ancien poste d’alimentation d’EDF. Inscription obligatoire : MEGE - 29 rue Doudeauville - Paris 18.
www.madeingouttedor.paris/Ac…
Accueil - 16 rue Myrha - Paris 18 (M° Château Rouge)
P.O. Faso vendredi 21 novembre - 18h
Portes Ouvertes de l’Atelier collectif du peintre Faso et présentation de son tout nouveau travail.
Vernissage de l’exposition collective de Christophe Faso, Bernadette Broussal, Guillaume Finet et Christelle Guénot.
Ateleir - 20 rue Rochebrune - Paris 11 (M° St-Ambroise)
Mark Lewis/Invention au Louvre vendredi 21 novembre - 18h30
Sous le titre d’« Invention au Louvre », Mark Lewis a conçu quatre nouveaux films à partir des collections du musée. En observant tour à tour, L’Enfant au toton de Chardin, ou encore la galerie de la Vénus de Milo, l’artiste réactive une tradition ancienne de la littérature artistique : celle du mouvement imaginé.
Pour accompagner l’exposition à l’auditorium de nombreuses animations « carte blanche » à Mark Lewis et Laura Mulvey dont « Images, cinéma, animation », avec la projection d’Invention, une œuvre inédite de Mark Lewis, suivie d’une conversation de l’artiste avec Laura Mulvey.
Projections (3/6 € ; gratuit pour les étudiants) les samedi 22 novembre et dimanche 23 novembre à partir de 15h.
Auditorium du Louvre - 99 rue de Rivoli - Paris 1 (M° Palais Royal/Musée du Louvre)
« Là-bas, c’est dehors » vendredi 21 novembre - 19h
Soirée Rencontre « Construire ma peinture » à l’occasion de la parution du livre « Là-bas, c’est dehors » de Richard Peduzzi, en présence de l’auteur scénographe et de ses amis Charlotte Chastel-Rousseau - historienne de l’art, Olivier Rolin - écrivain, et Caroline Champetier de Ribes - cinéaste.
Accès sur réservation : http://www.forumsirius.fr/orion/the…
Théâtre de la Ville - 2 pl. du Châtelet - Paris 4 (M° Châtelet)
Céramiques Bruneteau vendredi 21 novembre - 19h
Découvrez les nouvelles créations céramiques de Béatrice Bruneteau au 12e salon d’art contemporain de Colombes (21/23-11) à l’occasion du vernissage.
Espace du Tapis Rouge - 9 rue de la Liberté - Colombes 92
Les Puces de l’Illustration samedi 22 novembre - 10h/19h
Les Puces de l’Illustration, c’est une journée intense où plus de 30 illustrateurs proposent de vous faire découvrir, comme si vous étiez dans leurs ateliers, la diversité et la richesse de leurs créations.
Cette trentaine d’illustrateurs, éditeurs indépendants, sérigraphes, et libraires spécialisés viennent exposer et vendre leurs créations au Campus Fonderie de l’Image. Fanzines, sérigraphies, éditions, textiles, gravures, originaux, projections, animations, vin chaud, petite restauration. Bonnes affaires au rendez-vous, pour tous les goûts et tous les budgets !
Les exposants et le programme sur : http://pucesillu.campusfonderiedeli…
Campus Fonderie de l’Image - 83 av. Gallieni - Bagnolet 93 (M° Gallieni)
Objets sous contrainte samedi 22 novembre - 15h/18h
Vernissage de l’exposition de photos « Objets sous contrainte » (13-11/13-12) de Jean-Robert Dantou dans le cadre du Mois de la Photo à Paris.
Le photographe, qui vient de rejoindre l’agence VU’, livre un nouveau volet du travail qu’il poursuit depuis plusieurs années avec une équipe de recherche en sciences sociales dirigée par Florence Weber (professeur à l’ENS, chercheur au Centre Maurice Halbwachs) au sein de la Chaire « Handicap psychique et décision pour autrui » (EHESP - ENS). Une bosse à dents tordue, une pipe, un sac poubelle, une bague de fiançailles, des flacons de parfum…
Table ronde (15h) : « Les images de la folie : des symptômes aux objets ».
ENS - 45 rue d’Ulm - Paris 5 (M° Luxembourg)
AD Interieurs 2014 dimanche 23 novembre
Dernier jour pour admirer l’exposition AD Intérieurs 2014 - les Décors à vivre de 16 décorateurs ayant mis en scène des chefs-d’œuvre méconnus issus des collections du musée, dans la grande nef du musée des Arts Décoratifs !
Il serait dommage d’être passé à côté !
AD Intérieurs 2014/MAD - 107 rue de Rivoli - Paris 1 (M° Tuileries)
Powered By
Aurore Bourdier, Directrice Artistique, Conception Graphique, www.aurorebourdier.com Marie Alhomme, Intégratrice HTML/CSS/JS, Spécialisée en Accessibilité, www.pouipouidesign.net/accueil Jacques Pyrat, Développement web SPIP, Développement web SPIP, www.pyrat.net
L'actu design en vidéo
club international de networking&business pour les professionnels de l'industrie créative
international Press, Consulting & more