ODP - The Only Design Party For Free & Everything You Should Know About Design In Paris Weekly
Édito Rendez-vous
Vendredi 20 mars, c’est totale éclipse. Not Total Eclipse of the Heart, but of the Sun.
Vous souvenez-vous seulement de la dernière, celle pour laquelle Paco R. avait prédit la chute de Mir sur la terre ? Rien n’était arrivé ce 11 août 1999.
Cette année, rien à craindre non plus, car le crash est déjà survenu. Il y a à peine une semaine. À Saint-Étienne.
Celui du co-co, du co-commissaire général de la Biennale, Benjamin Loyauté, soumis à la thématique « Les Sens du Beau » et victime d’un burn-out de ses sens et d’une explosion d’aigreur à l’égard des designers concevant des robinets à 3000 euros… Mais après tout, produire des phrases telles que « nous avons l’obligation de rêver les possibles sur le fondement de vérités nues » ou encore « Beau comme la métamorphose d’un camion éthique conduit à quatre mains par Hippias et Socrate », peut nuire gravement…
Que cela ne vous empêche pas pour autant de descendre en pays de Loire pour cette manifestation incontournable qu’est la Biennale internationale du Design, ne serait-ce aussi que pour découvrir l’expérience utopique de Lee Bul (artiste coréenne invitée au Musée d’Art moderne et Contemporain), d’accepter que « l’abandon de la fonction fait basculer l’objet dans le champ de l’art » au travers l’extraordinaire proposition de « Tu nais, tuning, tu meurs » (Musée d’art et d’industrie), d’ouïr les voix très pénétrables de la beauté à la chapelle du Corbusier à Firminy, d’expérimenter la magie lumineuse du Studio Glithero à la Mine, ou d’envisager l’art verrier de demain…
L’envie est là ?
Des invitations vous attendent chez Procédés Chénel pour qui n’a pas encore succombé à l’exposition So Paper ; à partir de jeudi matin !

Projet « AH A MAY » Vélo électrique Yamaha

« Les Sens du Beau », alors, nous direz-vous, z’en avez trouvé du sens ?

Dans ce marathon de deux jours et demi, on a trouvé de tout. Du sens, du non sens, du sensé et de l’insensé et même de l’indécence.

Mais oui, le Beau a trouvé du sens au travers de quelques magistrales démonstrations dont la simplicité et l’évidence récoltèrent l’adhésion quasi générale.

Des meilleurs résumés, nous citerons Giovanna Massoni présentant son exposition « Serial Beauty » - ensemble de produits de design industriel témoignant du lien nécessaire entre diversité et sérialité, acte créatif et industrie et de l’habileté des designers et des industriels pour sortir d’une esthétique du prêt à consommer anonyme - qui résume l’expérience esthétique en quelques mots : « est beau ce que je comprends » ; Sam Baron (http://www.sambaron.fr/), démontrant « L’essence du Beau » via la jeune génération des écoles de design européennes et de son processus de création, et noircissant les pages de ce carnet avec les formules telles que : « la beauté est un point de vue différent sur le quotidien », « la beauté se trouve dans l’imperfection », « la beauté réside dans les détails et l’intemporalité d’une pièce »… Idée reprise brillamment par le tout autant Oscar Lhermitte (http://www.oscarlhermitte.com/), designer élu Design Of The Year 2014 par the Design Museum of London, qui fait du beau une histoire de cohérence, et qui le trouve dans le détail invisible, intelligent et fonctionnel des objets du quotidien - ces mêmes objets habilement scénographiés dans leur plus simple appareil sous le titre de « No Randomness » (« Rien n’est dû au hasard »)

On pourrait aussi louer Sam Hecht, pour lequel, si la beauté est une qualité impalpable, donc immatérielle, elle est le potentiel qu’on voit en chaque objet, la possibilité de rentrer dans l’objet par une ouverture infime (une imperfection par exemple) afin de se l’approprier…

Enfin, l’Espace Labos de la Cité centré sur l’expérimentation de l’usager, unique espace où il est recommandé de toucher et tester les concepts issus des bureaux d’études des entreprises.

Ainsi il était possible de découvrir le Projet « AH A MAY » de Yamaha, au sein duquel les designers de Yamaha Motor (mobilité) et Yamaha Corporation (son, équipement audio) ont travaillé sur quatre créations en considérant qu’ils seraient le reflet l’un de l’autre.

Deux équipes de designers qui échangent leurs produits pour explorer et proposer de nouveaux design en retour. Le but de ce projet étant de stimuler l’imagination de chacun des designers afin de créer des produits qui incarnent l’image mutuelle qu’ils se font de Yamaha.

Les designers de Yamaha Motor ont donc réalisé deux œuvres en lien avec la musique (Batterie et Marimba) et les designers Musique, créé les œuvres Motor (Vélo et Moto).

Ces deux sociétés Yamaha ont mis en commun leurs compétences sans aucune contrainte liée à la production ou la commercialisation. Et surtout sans avoir un regard au cours de leur élaboration sur les projets de l’autre.

Les deux entités ont créé des produits en accord avec leurs méthodes et leurs philosophies : une identité et une mission commune qui cherche à toucher le cœur en ajoutant une valeur émotionnelle à l’expérience.

Manabu Kawada - Designer Laboratory Yamaha Corporation - a ainsi présenté une Moto Root, inspirée d’un cheval procurant un sentiment d’unité entre les personnes, la nature et le véhicule. Il en résulte une courbe sensuelle et aérodynamique créée pour se dérouler de la selle au réservoir, sans obstacle visuel d’indicateurs de tableau de bord (le compte-tours se glisse élégamment à votre poignet…). Quant au vélo, le Vélo électrique 0+/-0, au cadre noir et cuivre, affiche une ligne légère pour un concept qui vise à suggérer un style de vie avec une approche et une attitude positives quant à l’utilisation de l’électricité. Imaginez-le chez vous. Il repose sur une plate-forme de recharge. Vous rechargez sa batterie en pédalant (normal) pendant votre séance de sport. Cette batterie chargée vous permet le lendemain, par exemple, de ménager votre effort pour arriver sans une goutte de transpiration à votre bureau. Mais l’électricité générée peut également être partagée et utilisée pour alimenter des instruments de musique ou tout autre appareil électrique ! Un bijou !

Akihiro Nagaya - Designer Center Yamaha Motor - lui, inspiré par le Dieu du Tonnerre, a conçu une batterie globulaire permettant aux artistes de laisser libre court à leur imagination sur tout un assortiment de percussions. Allant par-delà les méthodes d’expressions existantes, l’énergie centrée sur l’artiste crée un monde sonore archi dynamique ! Même délire pour un instrument de percussion plus exotique, comme le Marimba soufflé par le Dieu du Vent. Pensé pour deux artistes afin de combiner et multiplier leurs énergies…

Découvrez tous les visuels des projets/scénos sus-cités sur notre page facebook The ODP Letter.

Rien que du bon sens !
Alors enjoy et surtout take care !
D.R.A.
contact@theodpletter.com
Écriture 16 mars/04 avril
Les mails, les textos et autres messages postés sur la Toile envahissent notre quotidien et pourtant, jamais l’envie d’écrire à la main n’a été aussi forte. merci aime écrire de belles histoires. L’exposition Écriture chez merci est l’occasion de découvrir ou de re-découvrir des marques historiques. Sélection vintage pour ceux qui signent désormais avec leur doigt…
merci - 111 bd Beaumarchais - Paris 3 (M° St-Sébastien-Froissart)
Royaumont change… mardi 17 mars - 11h30
Conférence de presse animée par Jeanne-Martine Vacher : "En 2015 - Royaumont change… ! Jardin, patrimoine, tourisme, enfants, musique, danse, artistes en résidence …
En présence des équipes de la Fondation et avec la participation de Francis Maréchal, dir. gén. de la Fondation Royaumont, de Justine Marin, chef jardinier-maraîcher, Marina Zinzius, directrice du Pôle de l’Action Territoriale et des Publics, Anne Ribes, hortithérapeute et Jean-Paul Ribes, journaliste et écrivain (cycle “Les dimanches aux jardins”), d’Anaïs Ramage, musicienne (création jeune public au jardin), d’Hervé Robbe, dir. du Pôle de Recherche et Composition Chorégraphiques (Royaumont) et Sylvie Brély, déléguée générale aux programmes artistiques (Royaumont), Björn Schmelzer, Graindelavoix (ensemble en résidence), Louis-Noël Bestion de Camboulas, orgue Cavaillé-Coll (artiste en résidence) et Magic Malik, musiques transculturelles (artiste en résidence).
Hôtel de Massa - 38 rue du Fbg St-Jacques - Paris 14 (M° Denfert-Rochereau)
Soledad mardi 17 mars - 18h/21h
Soirée dédicace par Soledad Bravi, illustratrice, qui signera des exemplaires numérotés de ses illustrations sur toute une série d’articles.
arteum/Carrousel du Louvre - 99 rue de Rivoli - Paris 1 (M° Palais Royal)
Le RepèRe des BeleTtes mardi 17/dimanche 22 mars - 10h/19h
Comme tous les ans, Karine et Fanny, les fondatrices de la boutique de décoration en ligne Le RepèRe des BeleTtes, ouvre, le temps d’une semaine, un pop-up store.
L’occasion de découvrir l’ensemble de l’univers du RepèRe, avec toute la sélection mis en scène et quelques nouveautés. Autres e-boutiques invitées : Cinq Mai, Happy Home, Brocante La Bruyère, Ticolas Concept Store et Intérieur Vintage.
http://www.lereperedesbelettes.com/fr/
http://cinqmai.bigcartel.com
http://happyhome.bigcartel.com
http://www.interieurvintage.com/fr/
http://www.brocantedelabruyere.com
http://www.ticolas.com
Espace Beaurepaire - 28 rue Beaurepaire - Paris 10 (M° République)
École d’Urbanisme de Paris mercredi 18 mars - 14h
Inauguration de l’Ecole d’Urbanisme de Paris (EUP), née de la réunion de l’Institut d’Urbanisme de Paris et de l’Institut Français d’Urbanisme (IFU) sur le site Universitaire de la Cité Descartes (Université Paris Est, à Marne-la-Vallée) en présence de Geneviève Fioraso, secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur et à la Recherche et Sylvia Pinel, ministre du Logement, de l’Égalité des territoires et de la Ruralité, en charge de l’urbanisme.
Deux tables rondes programmées sur les thèmes : « faire école en urbanisme aujourd’hui » et « l’École d’Urbanisme de Paris dans le Grand Paris ».
Plus d’informations sur le site Internet de l’EUP : http://www.eup.fr/
À l’issue d’un cocktail (18h), aura lieu l’Assemblée générale constitutive d’une nouvelle association des diplômés : EUP Alumni.
École d’urbanisme de Paris/Cité Descartes - 14/20 bd Newton - Champs sur Marne 77 (RER A Noisy-Champs)
Lost in Saïgon mercredi 18 mars - 18h
Vernissage de l’exposition « Lost in Saïgon » (18-03/18-04) de Marielle Durand. Dessins, impressions & carnets de voyages d’un printemps vietnamien…
Au Quai - 15 rue Alibert - Paris 10 (M° Goncourt)
Un hôpital en ville mercredi 18 mars - 18h30/20h30
archiLIB Paris vous invite à la présentation de l’ouvrage « Un hôpital en ville » par Paul Ardenne, Philippe Gazeau et Philippe Ruault.
Librairie archiLIB - 49 bd de la Villette - Paris 10 (M° Colonel Fabien)
« Le devenir baroque du monde » mercredi 18 mars - 19h
Table ronde « Le devenir baroque du monde » avec Michel Maffesoli et la rédaction des Cahiers Européens de l’Imaginaire.
Le baroque n’est pas seulement le style d’une époque, il est un style qui peut revêtir diverses formes selon les époques. L’image envahit la rue, avec le Street art et ses diverses reprises, les performances d’une ORLAN, les propositions de Jeff Koons, de Ray Caesar, le cosplay et autres artefacts… L’architecture quitte le fonctionnalisme dans la cité de la musique de Rio de Janeiro (De Porzamparc), le musée baroque de Puebla (Mexique, Toyo Ito)…L’écriture de Nabokov comme celle de Marc Edouard Nabe expriment cette baroquité.
Baroque et postmodernité, baroque et quotidien, voilà ce qu’explore ce numéro 7 des Cahiers européens de l’imaginaire, avec des contributions de Michel Maffesoli, René Schérer, Franco Ferrarotti, Karin Andersen, Mario Perniola, Fabian Sanabria, Miguel Madonnado, Ignatio Prado, Marie-Isabelle Taddéi et bien d’autres.
Fondation d’entreprise Ricard - 12 rue Boissy d’Anglas - Paris 8 (M° Concorde)
Matériaux en Lumière mercredi 18/jeudi 19 mars - 09h/19h
Matériaux en Lumière, c’est la créativité et l’innovation au cœur d’un hôtel particulier du XIXe s.
Un événement qui propose de découvrir des innovations techniques, des matériaux et des solutions pour l’architecture extérieure et intérieure avec une scénographie « indoor-outdoor » originale et exclusive (éclairage architectural intérieur et extérieur, revêtements de façades ou de décoration, interrupteurs, sièges sans oublier les solutions d’assurance)
Matériaux en Lumière investit le siège parisien de l’entreprise Targetti, qui présente ses innovations en matière de systèmes d’éclairage architectural extérieur et intérieur. Et parmi les autres nouveautés présentées : les verres décoratifs et les vitrages d’extérieur d’AGC , l’obsidienne de Cub-ar, la deep Colour technology de DuPontTM Corian®, les gammes Hylor et Yachting de Gascogne bois, les finitions exclusives « natif » des profilés Kawneer, les plaques de recouvrement Niko, les matériaux pour mobiliers urbains de Metalco la gamme de stratifiés Resitop de Polyrey, les systèmes ergonomiques d’aménagement des espaces de travail SB Seating, les solutions complètes d’assurance SMABTP, etc.
Le parcours scénographique organisé sur deux étages, met en lumière les matériaux des industriels partenaires dans le cadre de l’hôtel particulier Menier, conçu en 1880 par l’architecte Henri Parent, dans un style néo-première renaissance française.
Accès réservé aux professionnels sur inscription : http://materiaux-en-lumiere.com/
Targetti Poulsen France - 8 rue Alfred de Vigny - Paris 8 (M° Courcelles)
Breakfast@PCI jeudi 19 mars - 08h30
Pour les retardataires ou les lève-tôt, découvrez les réalisations du projet So Paper - creative upcycling de Procédés Chénel Intl, architectures de papier.
Profitez de ce rendez-vous pour retirer une invitation à la Biennale Internationale de St-Etienne !
Inscription : http://www.chenel.com/fr/breakfast_…
PCI’s - 70 rue Jean Bleuzen - Vanves 92 (M° Plateau de Vanves-Malakoff)
Masculin Pluriel(s) jeudi 19 mars - 16h30
Le Design a-t-il un sexe ? Boys, boys, boys !
Vernissage de l’exposition « Masculin Pluriels » (19-03/23-05) à la galerie En attendant les Barbares.
Du raffiné Mattia Bonetti au séduisant Eric Schmitt, d’Eric Jourdan l’intellectuel à Eric Robin le tendre, d’Olivier Gagnère le charmeur au mauvais garçon au grand cœur qu’est Christian Ghion, l’exposition Masculin Pluriel(s) explore le spectre de personnalités très différentes reflétant la problématique du design au masculin.
Chacun, à sa façon, exprime sa vision de la virilité, telle qu’elle s’affirme aujourd’hui.
En attendant les Barbares - 35 rue de Grenelle - Paris 7 (M° Rue du Bac)
Combustibles jeudi 19 mars - 17h/22h
Vernissage de l’exposition inaugurale de la Galerie Marie-Hélène de La Forest Divonne, « Combustibles » de Bruno Albizzati qui participe à Drawing Now, salon du dessin contemporain (25/29-03).
Galerie Marie-Hélène de La Forest Divonne - 12 rue des Beaux-Arts - Paris 6 (M° St-Germain-des-Prés)
Du point à la ligne #3 jeudi 19 mars - 18h
Vernissage de l’exposition de dessins originaux « Du point à la ligne #3 » (19/31-03) en présence des artistes de Benacer Nacer, Sofia Hihat, Alexandra Loewe, Massinissa Selmani, Tajiouti, Eleanor Mitch et Mounir Gouri.
Galerie Mamia Bretesché - 77 rue Notre-Dame de Nazareth - Paris 3 (M° Strasbourg St-Denis)
Made In Paper jeudi 19 mars - 18h30
Vernissage de l’exposition collective « Made In Paper » (19/25-04), dédiée au papier avec Katrin Bremermann, Arthur Djoroukhian, Pauline Dufour, Pascal Frament, Christophe Goutal, Sophie Mabille, Charles Neubach, Jaanica Peerna, Andreea Talpeanu, Marie Thurman, Caroline Vaillant, Aurélien Vret, Marie Weisensel…
Blanc, coloré, transparent, ciré ou huilé, découpé, froissé, surdimensionnée, le papier est un acteur à part entière de l’art contemporain. En témoigne le succès grandissant de ce médium apprécié par les artistes et les collectionneurs. Avec cette 3e édition de Made In Paper, la galerie Exit art contemporain présente la vivacité des ressources infinies du papier.
Galerie Exit Art Contemporain - 2 rue Denfert Rochereau - Boulogne-Bill. 92 (M° Boulogne Jean Jaurès)
Ordres et DésOrdres jeudi 19 mars - 18h30
L’espace Ch. Peugeot présente le 1er tour de son XXè concours artistique « Ordres et DésOrdres » (18/28-03) avec 70 artistes sélectionnés parmi la peinture figurative/abstraite, la sculpture figurative/abstraite, la photographie, le dessin, installation, l’art numérique…
Espace Christiane Peugeot - 62 av. de la Gde Armée - Paris 17 (M° Pte Maillot)
Master Class Christian Drouin jeudi 19 mars - 18h30/20h15
Participez à laMaster Class Christian Drouin et venez découvrir l’univers des Calvados avec le Hors d’âge ou le VSOP, et d’autres encore avec différentes finitions (Rhum, Banyuls…) ainsi que leurs techniques d’élaborations, leurs façons de les déguster.
Inscription obligatoire : https://www.eventbrite.fr/e/billets…
Boutique Julhès Paris - 28 rue du Fbg Poissonnière - Paris 10 (M° Bonne Nouvelle)
Envol #2 jeudi 19 mars - 19h
Vernissage de l’exposition « Envol #2 » (20-03/03-05) de Iemza en présence de l’artiste
Témoin des mutations architecturales et artistiques successives, les terrasses en pyramides de Pierre Parat éveillent l’intérêt de Iemza pour la ligne et la perspective. L’artiste développe ainsi un rapport privilégié avec le béton : il y inscrit ses graffitis de monuments faisant l’éloge d’un futur intemporel, adressés à l’inconscient collectif de l’habitant. En parallèle à ses compositions murales, il exprime ses réflexions sur des toiles qu’il choisit de désacraliser en dessinant aux marqueurs.
« Envol » est une invitation au voyage onirique, faisant appel à la mémoire et à l’imaginaire du spectateur. L’artiste réinterprète des édifices majeurs du monde en leur donnant une mobilité aérienne.
La Micro Galerie - 53 rue de La Rochefoucauld - Paris 9 (M° Pigalle)
Le Salon du Livre jeudi 19 mars - 19h
Inauguration du Salon du Livre (20/23-03). Sur invitation.
Le Brésil est l’invité d’honneur du Salon du livre de Paris, l’occasion de montrer la diversité de la culture et l’universalité de la littérature brésilienne. Une délégation de 48 auteurs sera présente, reflétant la richesse de la production intellectuelle contemporaine du pays.
http://www.salondulivreparis.com
Paris Expo - 1 pl. de la Pe de Versailles - Paris 15 (M° Pte de Versailles)
« Eco-innovez pour mieux créer ! » vendredi 20 mars - 09h/13h
Formation « Eco-innovez pour mieux créer ! »
Cette formation fournit outils et méthodes pour favoriser l’éco-innovation et la créativité des participants. Animée par Gentiane Gastaldi de Gingko 21, un cabinet de conseil et formation en éco-innovation, éco-conception et analyse de cycle de vie. Des entreprises comme Orange, Picard, Air France, la RATP ou Fermob lui ont fait confiance.
Les objectifs de cet atelier sont d’identifier les notions clés de l’éco-innovation, de pratiquer quelques techniques de créativité, de s’approprier des outils d’innovation et d’éco-innovation (greenTRIZ*, les Eco-solutions…) pour vous permettre de les appliquer facilement.
Les participants repartiront avec les Eco-solutions et les fiches GreenTRIZ.
Tarifs : 96,00€ TTC / tarif adhérent Lieu du Design : 48,00€ TTC
Inscriptions : http://www.lelieududesign.com/produ…
Le Lieu du Design - 11 rue de Cambrai - Paris 19 (M° Corentin Cariou)
Biennale de Gentilly vendredi 20 mars - 18h/22h
Inauguration de la Biennale de Gentilly (20/29-03).
Exposition d’art contemporain réunissant 26 artistes sélectionnés. Une centaine d’œuvres sur les murs écaillés d’un vieux collège désaffecté au charme désuet et porteur d’imaginaire.
La Biennale ouvre ses portes le jour de l’éclipse partielle du Soleil sur Paris et pendant la Museum Week.
Télécharger l’invitation : http://biennaledegentilly.org/lexpo…
Ancien Collège Pierre Curie - 25 rue Jean Louis - Gentilly 94
L’Usage des Formes vendredi 20 mars
L’exposition « L’Usage des formes » - Artisans d’art et artistes (20-03/17-05) explore l’ingéniosité humaine et la relation passionnée que les créateurs entretiennent avec leurs outils, en abordant l’instrument comme un élément fondamental du rapport de l’homme au monde.
Faisant dialoguer artisans d’art et artistes, l’exposition rassemble les métiers d’art, le design, les arts plastiques et l’architecture dans une scénographie conçue par le designer Robert Stadler et réalisée en collaboration avec des artisans d’art.
Avec Abdou Fataï Abiola, Georges Alloro, Marc Aurel, Bernard et François Baschet, Eric Benqué, Berger&Berger, Giorgio De Chirico, Charles Eames, Alexandre Echasseriau, Constance Guisset, Jean-Paul Mahé, Jean-Luc Moulène, Giuseppe Penone, Ettore Sottsass, Robert Stadler…
En exposant les outils et les échantillons prélevés dans les ateliers d’artisans d’art, mis en regard avec ceux des plasticiens et des designers, l’exposition « L’Usage des formes » rend hommage à ces deux conceptions entrelacées de l’invention, du savoir-faire et du rapport du geste créateur au monde qui l’environne.
Stimulant parcours de la Fondation Bettencourt offert au grand public en confrontant virtuosité des artisans récompensés par le Prix pour l’intelligence de la Main et imaginaire d’artistes internationaux.
À l’occasion des Journées Européennes des Métiers d’Art, les 27, 28 et 29 mars, l’accès à l’exposition L’Usage des formes, sera gratuit.
Palais de Tokyo - 13 av. du Pdt Wilson - Paris 16 (M° Iéna/Alma)
Moaroom samedi 21 mars - 16h/19h
Inauguration de la boutique Moaroom à Paris.
Guidée par une éthique environnementale, la société Moaroom collabore depuis 2004, avec des designers et artistes Néo-Zélandais, entre autre, David Trubridge : l’une des figures incontournables du design écologique et du slow design.
Créé au-delà du périmètre habituel des tendances et des modes, le design de Nouvelles-Zélande s’inspire de la nature et de ses besoins et applique les nouvelles technologies aux matériaux traditionnels dans un souci de respect de l’environnement.
Moaroom - 7 rue Emilio Castelar - Paris 12 (M° Ledru Rollin)
Le lynx ne connaît pas de frontières lundi 23 mars - 18h30
Vernissage de l’exposition « Le lynx ne connaît pas de frontières » (23-03/09-05), une proposition de Joana Neves.
La Fondation d’entreprise Ricard propose un regard contemporain sur la scène artistique portugaise avec les artistes Fernando Calhau, Joana Escoval, Otelo Fabião, Ângela Ferreira, André Figueiredo, Carla Filipe, Igor Jesus, Musa paradisiaca, Oficina Arara et Diogo Pimentao
Le Portugal a une temporalité très particulière, telle que l’a décrite le philosophe portugais José Gil (2005). Il s’y est effectué, selon lui, un “saut sans médiation du pré-moderne au post-moderne” en raison, entre autres, de la dictature de Salazar (1932 - 1974), qui a opéré un hiatus dans le développement du pays. Ainsi, ce pays européen a assimilé à distance certains grands mouvements culturels du XXe siècle ; n’oublions cependant pas qu’il a, en retour, construit sa propre vision dans son contexte, avec son langage.
Les artistes de différentes générations présentés offrent un dialogue s’instaurant autour de ce désir d’universalisme pour lequel l’abstraction et le modernisme apportent une solution idéale ; de filiation (la famille que nous avons et celle que nous constituons) et de l’idiosyncrasie en tant que désir constructif.
Fondation d’entreprise Ricard - 12 rue Boissy d’Anglas - Paris 8 (M° Concorde)
Powered By
Aurore Bourdier, Directrice Artistique, Conception Graphique, www.aurorebourdier.com Marie Alhomme, Intégratrice HTML/CSS/JS, Spécialisée en Accessibilité, www.pouipouidesign.net/accueil Jacques Pyrat, Développement web SPIP, Développement web SPIP, www.pyrat.net
Page Facebook de TheODPLetter
L'actu design en vidéo
club international de networking&business pour les professionnels de l'industrie créative
international Press, Consulting & more