ODP - The Only Design Party For Free & Everything You Should Know About Design In Paris Weekly
Édito Rendez-vous
L’ODP, de retour, reprend son quart pour la dernière ligne droite avant l’été et vous en sert plus de treize à la douzaine.
Voir double est une seconde nature…
Ce qui nous a tout naturellement amené à vous livrer ce très intéressant article de Benjamin Adler pour INfluencia autour de l’étude - des plus sérieuses - faite par Nelly Rodi, qui ne s’intéresse pas qu’à la maison ou l’objet…




Objet de ladite étude : L’influence de l’apéro dans la vie des Français.

Avec leur « Manifesto Apero », Nelly Rodi et le Syndicat des Apéritifs à Croquer décryptent cette tradition bien française à travers une démarche à la fois sociologique et émotionnelle.

Eux aussi ont vu double donc, dans la démarche.

Dans le sempiternel débat sur l’identité culturelle française, certaines traditions et spécificités réussissent la très honorable performance de faire l’unanimité. Devant l’entrée du club très sélect des « bien de chez nous », les videurs franchouillards laissent rentrer l’apéro avec le sourire et une tape sur l’épaule. Lui est des nôtres, il fait boire son verre comme les autres. Moment convivial ancré dans nos mœurs alimentaires et sociales, l’apéro est au repas ce que sont les préliminaires au coït : un préambule rassembleur, stimulant mais qui parfois, aussi, peut se suffire à lui-même. Mais quels symboles, messages et reflets se cachent derrière les habitudes ? Le Syndicat des Apéritifs à Croquer - qui malheureusement rassemble des acteurs de cette malbouffe industrielle ad hoc - explore le lien social dont il est à l’origine.

Comprendre pourquoi et comment les Français prennent l’apéritif aujourd’hui, apporter un éclairage nouveau sur ce moment si français, ce qu’il représente dans notre société : voilà l’objectif de l’étude confiée à Nelly Rodi. « L’apéro n’a jamais été soumis à une convention et chacun le revendique plus que jamais en 2017 pour en faire un moment de liberté absolue ! Au placard tous les codes, on crée ses propres tribus, on combat la morosité pour lâcher prise, on refuse la standardisation et on fait plaisir », assure le bureau de tendances. Que tirer des conclusions de son Manifesto Apero (*) ?

L’influence du contexte sociétal sur la perception de l’apéro par les Français

Tout d’abord, 81 % des Français voient l’apéro comme un acte de résistance positive, 89,5 % estiment qu’il soude dans une période incertaine et près de 70 % reconnaissent qu’il répond à un besoin fondamental pour eux. Ensuite, pour 84,4 %, il est même devenu une façon de résister ensemble à la morosité ambiante. C’est d’ailleurs peut-être pour cela que 89,3 % en organisent régulièrement et 40 %, le prennent deux fois par semaine au minimum. Derrière ces indices comportementaux, la vraie question est de savoir ce qui termine dans nos estomacs. Car si l’apéro rassemble pour s’empoisonner avec des produits nocifs pour notre santé, sa valeur fédératrice ne sert pas à grand chose.

« Par sa démarche très qualitative, notre étude apporte un angle de vue plus sensible qui s’intéresse ainsi aux motivations émotionnelles des consommateurs. Sont identifiés de grandes tendances apéritives témoignant d’un renouveau du lien social, dans un mouvement global », commente pourtant Nelly Bonnet. La secrétaire Générale du Syndicat des Apéritifs à Croquer n’est évidemment pas là pour remettre en question la qualité des apéros qu’elle défend. Nous avons quand même voulu lui poser trois questions sur le Manifesto.

INfluencia : peut-on lire, à travers cette étude, de nouvelles habitudes de comportements de consommateurs ?

Nelly Bonnet : notre étude donne en effet un éclairage sur les habitudes des consommateurs en matière d’apéritif, qu’elles soient sociales, sociétales ou comportementales. Elles se traduisent par des tendances fortes mises en évidence ici. L’enseignement majeur se concrétise par ce que nous avons baptisé le « Manifesto Apero », notion qui confirme l’influence du contexte sociétal sur la perception de ce moment par les Français. Elle révèle des tendances fortes, des signaux révélateurs de comportements et de motivations qui se rejoignent autour de l’apéritif : primo, l’apéro « Néo tribus », qui répond à un besoin de reconnexion à l’autre, en plaçant le collectif, la rencontre au cœur de l’apéritif. Ici le « faire ensemble » devient une réponse au climat anxiogène ; secundo, l’apéro « Beau, Bien, Bon » révèle le besoin des Français de valoriser le « faire soi-même », l’envie de faire plaisir à travers un apéro créatif révélateur de générosité ; tertio, l’apéro « Esprit Libre » reflète l’aspiration des Français à plus de liberté. Ils se jouent des obligations, des codes, les détournent, pour rendre la vie plus légère. L’apéritif est un refuge rassurant, une bulle heureuse, dans laquelle chacun revendique son moment.

IN : pourquoi avoir senti le besoin de faire cette étude ? Y a-t-il un déficit d’image de l’apéro ?

N.B. : l’apéritif bénéficie d’une image très positive auprès des consommateurs. Il s’élève même au rang de tradition, d’exception française. L’apéritif a toujours existé, on ne sait pas vraiment expliquer son origine mais on sait qu’il a toujours été présent dans les us des français. Il se transforme aujourd’hui, jusqu’à parfois remplacer le dîner de manière spontanée. C’est ce constat très positif et enthousiaste qui a guidé le Syndicat à mener cette étude. Son objectif était donc de décrypter l’apéritif à travers une démarche à la fois sociologique et innovante. Il s’agissait d’explorer le « moment » apéritif, le lien social qu’il traduit, son origine, ses motivations. Comment expliquer ce moment si cher aux Français, ce qu’il représente aujourd’hui d’un point de vue émotionnel et affectif.

IN : l’apéro est un moment rassembleur. N’est-il donc pas essentiel de le rapprocher des valeurs saines du mieux-manger, une tendance forte qui impacte les choix de consommation alimentaires ?

N.B. : l’apéritif est une bulle de liberté dans laquelle chaque produit trouve sa place. C’est également un moment de consommation qui fait partie intégrante du patrimoine alimentaire français et c’est pourquoi il évolue en fonction des tendances du moment et des attentes des consommateurs. La tendance « beau, bien, bon », nous éclaire sur la façon dont les consommateurs se réapproprient nos produits pour les mixer avec fruits et légumes frais, les associer et les assembler à d’autres aliments pour créer un apéro qui soit le reflet de leurs envies.

La tournée du Patron, c’est pour nous ! Belle semaine !

(*) L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération
Alors enjoy et surtout take care !
D.R.A.
contact@theodpletter.com
Les Jardins du Marais mardi 06 juin - 18h30
Inauguration de la terrasse Les Jardins du Marais.
Cocktail dînatoire chic, DJ Set et performance live de l’artiste PRO176.
Sur invitation exclusivement.
Les Jardins du Marais - 74 rue Amelot - Paris 11 (M° Filles du Calvaire)
Nous Deux mercredi 07 juin
Nous Deux célèbre ses 70 ans au Cœur et propose l’exposition « Le Baiser » (08/17-06).
Baisers d’amour, baisers de paix, baisers politiques… La mise en scène inédite autour de 15 photographies emblématiques permet une déambulation ludique, originale et contemporaine dans la galerie. Le roman-photo, indissociable de Nous Deux et du baiser, est également mis à l’honneur avec, entre autres, l’installation d’un mini corner café pour écrire son propre scénario.
Vernissage.
Le Cœur - 83 rue de Turenne - Paris 3 (M° St-Sébastien-Froissart)
Radiant mercredi 07 juin - 18h30
Vernissage cocktail et introduction à l’univers de la designer Sabine Marcelis. Lancement exclusif de « Fuse », nouvelle collection de suspensions en verre soufflé co-produite avec le CIAV de Meisenthal.
Gallery S. Bensimon - 111 rue de Turenne - Paris 3 (M° Filles du Calvaire)
Incubateur VIA Design 2017 mercredi 07 juin - 19h30
Vernissage d’« Incubateur VIA Design 2017 » (07-06/25-08), le fruit d’une année d’incubation des projets de mobilier et d’accessoires, cuisine néo-industrielle, chaise ultra graphique… scénographie originale signée Goliath Dyèvre.
« L’Incubateur » donne naissance et accompagne des couples innovants de designer/fabricant ou designer/éditeur formés autour d’un projet commun.
Avec les binômes : Alix Videlier - Stamp Edition / Atelier Yade - Manade / Aurasens - Sellerie du Pilat / Bina Baitel Studio - Le Lit National / Désormeaux/Carrette Studio - La Manufacture du Design / Margaux Lafond - Ymer&Malta / Marion Brun - Cuisine Morel / Salomé Bourny - Burov
Sur invitation.
Galerie VIA - 120 av. Ledru Rollin - Paris 11 (M° Ledru Rollin)
Futur en Seine 2017 jeudi 08/samedi 10 juin - 10h/19h
Et si on imaginait demain ?
Vous êtes invités au plus grand festival européen d’innovation numérique, gratuit et ouvert à tous. Pour sa huitième édition, Futur en Seine investit la Grande Halle de La Villette, avec 150 démos, 1 cycle de conférences #Intelligences, des ateliers kids, 20 séquences business et surtout des surprises !…
Inscription obligatoire : http://bit.ly/fes2017
Retrouvez le programme complet sur www.futur-en-seine.paris
La Villette - 211 av. Jean Jaurès - Paris 19 (M° Pte de La Villette)
PicNic@Pci jeudi 08 juin - 12h/14h
Nouveau Showroom, nouvelle formule pour PCI : un pique-nique mensuel inspiré afin de découvrir le savoir-faire Procédés Chénel et un mini-univers signé par un créateur.
Ce mois-ci : Sascha Nordmeyer.
Sur inscription : https://chenel.com/pages/breakfast-pci
PCI - 70 rue Jean Bleuzen - Vanves 92 (M° Malakoff-Plateau de Vanves)
Papier Tigre jeudi 08 juin - 18h
Bien plus qu’une marque de papeterie, la jeune entreprise parisienne Papier Tigre, dont l’origine est tirée d’une grande sensibilité au design graphique, étend maintenant son savoir-faire créatif à la décoration et à la maison.
C’est donc tout naturellement qu’Artazart, librairie référence en Europe pour les ouvrages dédiés au design graphique, leur consacre un corner exclusif.
Ce nouvel espace rassemble l’essentiel des collections Papier Tigre – du carnet A5 au cactus en peuplier.
Verres bien frais, pour l’occasion !
Artazart - 83 quai de Valmy - Paris 10 (M° Jacques Sergent)
PhS jeudi 08 juin - 18h30
PhS invite à découvrir les produits mobiliers Isimar en partenariat avec Delius lors d’un cocktail au showroom.
PhS - 59 avenue d’Iéna - Paris 16 (M° Kléber)
Emeco jeudi 08 juin - 18h30
Silvera et Emeco invitent à découvrir les nouveautés 2017 et les pièces iconiques de la marque lors d’un cocktail en présence de Gregg Buchbinder.
Silvera Fbg St-Honoré - 264 rue du Fbg St-Honoré - Paris 8 (M° Ternes)
Parcours Saint-Germain 2017 jeudi 08 juin - 18h/22h
Vernissage du Parcours Saint-Germain 2017, expositions jusqu’au 18 juin dans tous les lieux participants du quartier Saint-Germain-des-Prés
Événement visant à valoriser et animer la vie culturelle de Saint-Germain-des-Prés, le Parcours propose une rencontre originale avec la création contemporaine. Pendant une dizaine de jours, une sélection de boutiques, cafés, hôtels et places du quartier présentent des œuvres de jeunes artistes autour du thème « Fragments d’un voyage immobile ». Une thématique qui interroge les notions de voyage et d’introspection.
Saint-Germain-des-Prés - Paris 6 (M° St-Sulpice/St-Germain-des-Prés)
Rainy Day jeudi 08 juin - 19h
Invitation Presse à la présentation de « Rainy Day », les nouvelles créations contemporaines en porcelaine de Limoges de Beau&Bien. Sylvie Maréchal a imaginé une création au design radicalement différent. La sensualité de la porcelaine l’accompagne encore une fois dans cette nouvelle collection.
18 rue Barbette - Paris 3 (M° Fille du Calvaire)
Burov jeudi 08 juin - 19h/22h
Vernissage autour des nouveautés et modèles incontournables développés dans des tissus Gabriel, expert danois du textile d’ameublement.
Showroom Gabriel - 4 pl. de Valois - Paris 1 (M° Palais Royal)
Typologie d’une ville nouvelle jeudi 08 juin - 19h30
Vernissage de l’exposition "Typologie d’une ville nouvelle Cergy-Préfecture (1969-2016) d’Armelle Barret.
Dessiner et archiver les éléments architecturaux de la ville nouvelle de Cergy-Pontoise. C’est ce qu’a entrepris Armelle Barret, graphiste et illustratrice née et grandi dans cette ville nouvelle. Colonnes, candélabres, pavés, bancs… qui avaient été pensés pour la ville nouvelle des années 1970-80 sont aujourd’hui des traces de cette histoire urbaine. Par le dessin, Armelle Barret souligne la qualité esthétique de ces éléments, montre la richesse des matériaux, des formes et le charme d’une ville nouvelle quand le paysage de celle-ci, trente ans plus tard, s’est transformé.
Le livret Typologie d’une ville nouvelle, Cergy-Préfecture (1969-2016), auto-édité et réalisé à la main, est publié à 24 exemplaires.
Librairie Volume - 47 rue Notre Dame de Nazareth - Paris 3 (M° Strasbourg St-Denis)
Économie de la Culture vendredi 09 juin - 08h30/10h30
Museum Connections organise une table ronde « Culture et Économie » : grands chiffres de la consommation culturelle, combinaison culture et tourisme, comportements et attentes du consommateur, les effets positifs d’une image culturelle sur une région, un pays, etc.
Inscription sur : https://docs.google.com/forms/d/e/1…
Maison Champs Elysées - 8 rue Jean Goujon - Paris 8 (M° Champs-Élysées Clemenceau)
RED Édition vendredi 09/samedi 10 juin - 10h/19h et dimanche 11 juin - 11h/16h
Vente Presse Red Édition. Canapés, fauteuils, buffets, tables… Promenade lors de « shooting presse » jusqu’à -50%.
Red Édition - Passage de Retz/9 rue Charlot - Paris 3 (M° St Paul)
Palimpsestes vendredi 09 juin - 19h30
Rencontre urbanisme autour de « Palimpsestes », l’ouvrage de Sarah Herbert-Tack.
À l’heure où le foncier libre à proximité des villes est de plus en plus rare et que la tendance pousse à la construction de la ville sur elle-même, s’interroger sur le devenir des friches et le patrimoine présent est une préoccupation d’actualité.
Avant d’être une question architecturale, sociale, économique ou encore paysagère, la reconversion des friches s’inscrit dans la temporalité d’un territoire. Leurs différentes facettes sont questionnées à travers des études de cas de projets français, canadiens et américains. Ce livre se destine à chacun d’entre nous s’intéressant à la ville, aux espaces délaissés, à la reconversion et aux transitions urbaines.
Librairie Volume - 47 rue Notre Dame de Nazareth - Paris 3 (M° Strasbourg-St-Denis)
Vide-Atelier Printanier vendredi 09/dimanche 11 juin - 14h/18h
Objets insolites, bijoux, lots de vaisselle blanche… l’Atelier de la céramiste Isabelle Poupinel fait son bazar. Videz-moi tout ça fissa !
Atelier I. Poupinel - 28 avenue Gaugé - Viroflay 78
OMA @ Heartwear samedi 10/dimanche 18 juin - 13h/19h
Daniel Kapelian invite à l’exposition vente Heartwear - Paris - avec OMA - vêtements / textiles, en hommage à Marine Biras et avec, en invités, Khadi and co - textiles et vêtements, Nadia Kolesnikoff - textiles, Astrid vartanian - maroquinerie.
Oma est une artiste et textile designer coréenne. Après avoir travaillé avec Alexander Mc Queen à Londres, elle a créé sa marque à Séoul et poursuivi son exploration de diverses pratiques traditionnelles : tissage, teinture, peinture avec une philosophie et des valeurs éthiques incarnées dans un respect de l’artisanat et de l’environnement. Au delà des vêtements, Oma développe désormais de nouvelles créations textiles dans le domaine du design et de l’art contemporain.
Oma est invitée cette année par Heartwear, crée par Lidewij Edelkoort et son groupe d’amis stylistes en 1993. Une association à but non lucratif qui aide à transmettre l’artisanat, et pour ce faire, collabore avec les artisans qui fabriquent leurs produits pour une distribution mondiale, sans compromettre le savoir-faire, les connaissances, la culture et l’environnement de la région en question.
Trend Union - Lidewij Edelkoort - 30 bd St-Jacques - Paris 14 (M° St-Jacques)
Voyage exploratoire au cœur de l’objet lundi 12 juin - 16h30
Visite presse « Voyage exploratoire au cœur de l’objet », un projet inédit à découvrir lors de l’exposition « Le Rêve des formes » au Palais de Tokyo (14-06/10-09).
En 2004, Patrick Jouin fut l’un des premiers designers à explorer les extraordinaires possibilités de l’impression 3D en créant la collection SOLID, et en particulier la première chaise échelle 1 en utilisant cette méthode. Dans la continuité de cette expérience pionnière, le designer poursuit aujourd’hui son étude des opportunités offertes par cette technique.
L’installation « Voyage exploratoire au cœur de l’objet » propose une réflexion sur la matière, et l’utilisation raisonnée que nous devrions en faire, car à surexploiter les ressources terrestres le risque du manque menace. Patrick Jouin s’inspire de l’efficacité de la nature elle-même pour générer des formes, comme un os, ou la tige d’un épi de blé, en utilisant strictement la matière nécessaire à l’usage.
La complexité de la structure interne de l’objet imaginé par Patrick Jouin s’explore grâce à un endoscope qui retransmet en direct l’image sur grand écran.
L’exposition « Le Rêve des formes » explore le dialogue ininterrompu, mais truffé d’accidents, entre art et sciences. Elle entend questionner les points de rencontre, entre la recherche en art et la recherche scientifique en réunissant des artistes contemporains et des scientifiques autour de la manière dont ceux-ci repensent, aujourd’hui, leur rapport au vivant, et s’interrogent sur les formes que peut prendre la matière, inanimée ou vivante, à l’échelle de l’infiniment petit ou de l’infiniment grand.
Sur inscription presse : rebecca@s2hcommunication.com
Palais de Tokyo - 13 av. du Pdt Wilson - Paris 16 (M° Iéna)
Powered By
Aurore Bourdier, Directrice Artistique, Conception Graphique, www.aurorebourdier.com Marie Alhomme, Intégratrice HTML/CSS/JS, Spécialisée en Accessibilité, www.pouipouidesign.net/accueil Jacques Pyrat, Développement web SPIP, Développement web SPIP, www.pyrat.net
Page Facebook de l'ODP
L'actu design en video
OMNIA - International media, PR and art consultant